Nouvelles expulsions des familles Roms à Carquefou

Pas de répit pour les familles Roms qui avaient trouvé refuge à Carquefou sur l’ancien site de la centrale d’achat de Système U. Ces familles, après avoir été chassées de Couëron puis de Tougas à Saint-Herblain, se retrouvent de nouveau en bord de route après leur expulsion menée manu militari ce matin avant que les enfants ne partent à l’école.

Les terrains occupés sont systématiquement évacués et ce, au mépris de la circulaire Valls de 2012 qui invite à un traitement digne de la personne et à ce que des solutions d’accompagnement soient proposées préalablement à toute expulsion. Les expulsions ne résolvent rien, bien au contraire, une nouvelle fois des enfants vont être déscolarisés, le travail social entrepris par les associations va être rompu ce qui va apporter de nouvelles difficultés.

Globalement, le nombre de Roms ne varie pas, ni en France, ni dans la métropole Nantaise. Cette logique de faire la chasse aux Roms est insupportable. Les décisions d’expulsions prises par l’État et la ville de Carquefou les maintiennent dans la précarité et l’insécurité permanente, ignorant les conditions nécessaires à leur insertion, notamment par le logement et l’école. Il est urgent, comme le demandent les militants communistes et leurs élu-e-s d’organiser une table ronde entre l’Etat et les collectivités locales afin de trouver une solution durable pour les populations Roms.

En se refusant de traiter la question, on maintient cette communauté dans son rôle de bouc émissaire impossible à intégrer. On alimente par la même les situations de tensions entre les citoyens. Seule une véritable politique d’intégration de ces familles pourra résoudre leurs difficultés avec en premier lieu des solutions de logements permanents.

Fichier attachéTaille
Icône PDF communique expulsion Roms 02032016.pdf176.84 Ko