Tribunes

Depuis 2001, le travail des agents et la politique déployée par les élus communistes en charge de l’eau potable permettent qu’elle soit une des moins chère de France. C’est le 1er facteur d’accessibilité pour les 630 000 habitants de notre Métropole. Une eau de qualité, malgré la dégradation de l’eau puisée en Loire, notamment en raison des pesticides (merci Monsanto !). Et depuis 2016, Nantes Métropole a instauré un nouveau droit : celui de ne pas consacrer plus de 3% de ses revenus pour une consommation de 30 m3 par personne.

L’emploi est une nécessité pour tous mais un grand nombre d’entre nous en sont privés. Construction et rénovation de logements, énergies nouvelles, ferroutage, industries à relocaliser… nombreux sont les secteurs en devenir où il nous faut impulser un nouveau type de développement. La France bénéficie d’une élévation régulière du niveau de connaissances et de qualification des travailleurs, paradoxalement l’économie crée de plus en plus d’emplois précarisés et les diplômés subissent une déqualification massive.

Comme toutes agglomérations majeures, notre métropole doit aider aux déplacements de milliers de personnes chaque jour. Les axes routiers engorgés sont une réalité depuis des décennies, il nous faut développer des alternatives à la voiture individuelle. Les transports en commun doivent nous permettre d’améliorer la circulation, notre réseau aussi performant qu’il soit doit encore progresser pour convaincre le plus grand nombre. Pour cela des investissements majeurs sont nécessaires en maintenant des tarifs attractifs.

Pour répondre aux défis qui nous attendent, aux besoins des habitants comme aux usagers de l’espace public, Nantes Métropole se renouvelle et élargit sa centralité. Une nouvelle gare, des transports en commun plus performants (nouveau tram, BusWay, nouvelles lignes structurantes), de nouveaux projets d’aménagement (Petite-Hollande, Bas-Chantenay, départ du CHU).

A la pointe de la recherche médicale, de la formation universitaire, le nouveau pôle santé et son CHU devront allier l’excellence de la recherche à la proximité des soins. Une telle réussite implique que l’hôpital et la santé publique ne soient plus tributaires des plans d’économies drastiques qui se concrétisent par des milliers de suppression d’emplois. Développons un système de santé intégrant les progrès de la médecine et de la recherche qui mette le patient au coeur de son action.

L’énergie est un enjeu complexe, sa production, son acheminement et sa distribution dépassent très largement les compétences d’une métropole. Pour autant, le « Grand Débat » organisé par la Métropole nantaise est pour les citoyens l’occasion de s’exprimer, de proposer, et de s’informer sur cet enjeu essentiel pour notre société. Les citoyens par leurs pratiques et leurs consommations sont des acteurs clefs de la transition, cependant ils ne sont pas les seuls et c’est la société (entreprises, collectivités…) dans son entier qui doit évoluer.

Dans nos villes qu’elles soient grandes ou modestes, le rôle que joue la Métropole est souvent obscur et mal compris. Si les grands services publics urbains (les déchets, l’eau, la voirie…) sont de sa compétence, il n’en reste pas moins que l’interlocuteur privilégié reste la commune, plus proche et plus facile d’accès pour tout un chacun. Elle est le cœur de la démocratie locale.

L’été, Nantes Métropole foisonne d’événements culturels et de loisirs qu’elle soutient : Nuits de l’Erdre, Aux heures d’été, Mauves Balnéaire… d’un patrimoine naturel, architectural singulier à découvrir ou redécouvrir. L’été, est aussi la période privilégiée pour les vacances qui sont aussi l’évasion, l’ailleurs. La loi du 9 juin 1936 a instauré le droit aux congés payés. Pourtant 80 ans après, près d'un Français sur deux ne part pas en vacances. Pour de nombreux salariés, chômeurs et retraités, partir en vacances est un luxe.

La filière agro-alimentaire est le premier secteur industriel régional et représente près de 4000 emplois directs dans la métropole Nantaise. Le MIN est au cœur d’activités génératrices d’emplois, qui vont de la production à la distribution, en passant par le conditionnement et la transformation de produits régionaux.

Les communistes ont depuis toujours l’ambition de remettre en cause le capitalisme pour un partage égal des fruits du travail, combattre le court-termisme et l’appât du gain, tels qu’ils sont pratiqués aujourd’hui. Si désormais, les 1% les plus riches possèdent plus que les 99% restant, la démonstration qu’une autre économie est possible reste à faire. 

Pages

S'abonner à Tribunes